• Article
  • Europe
  • France entière

Découvrez le Programme de travail de la Commission européenne pour 2021

C’est tous les ans : chaque année la Commission européenne adopte un programme de travail, en plus de son travail continu, avec une liste de mesures qu’elle prendra dans les 12 mois suivants. C’est une manière d’informer le public et les co-législateurs des engagements politiques que prend l’Europe. Cette année, le Programme de travail de la Commission pour 2021 est particulièrement lié au plan de relance pour l’Europe. Plus de détails.

Le nouveau programme de travail de l’Europe

 

« Rendre l’Europe plus saine, plus juste et plus prospère » c’est l’objectif de ce nouveau programme de travail de la Commission européenne pour 2021. Autre objectif : « accélérer sa transformation à long terme en une économie plus verte, adaptée à l'ère du numérique ».

 

Au programme, de nouvelles initiatives législatives autour des six priorités politiques d’Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne :

 

  • Un pacte vert pour l’Europe :

La Commission prévoit ici une révision de la législation pertinente sur le climat et l’énergie afin « de l’aligner sur l’objectif récemment proposé de réduire les émissions d’au moins 55 % d’ici à 2030 par rapport aux niveaux de 1990 ». Cette révision prendra la forme d’un « paquet » baptisé « Ajustement à l’objectif 55 », et couvrira tout ce qui concerne « les énergies renouvelables, la primauté de l’efficacité énergétique, les bâtiments, l’utilisation des sols, la fiscalité sur l’énergie, la répartition de l’effort et l’échange de droits d’émission entre autres ».

 

  • Une économie au service des personnes :

« L’Europe doit absolument veiller à ce que la crise sanitaire et économique ne se transforme pas en crise sociale » précise le Programme. C’est un objectif clair pour la Commission pour guider son action en 2021. Un plan d’action ambitieux sera mis en place notamment « pour contribuer à la reprise socioéconomique et à la résilience à moyen et à long terme, en vue de renforcer l’équité sociale des transitions numérique et écologique ».

 

Autre aspect de cette priorité : un autre plan d’action pour l’économie sociale sera déployé afin de « renforcer l’investissement social et d’aider les acteurs de l’économie sociale et les entreprises sociales à démarrer leurs activités, à se développer, à innover et à créer des emplois ».

 

  • Une Europe adaptée à l’ère du numérique :

Pour cette priorité, le Programme prévoit entre autres « une feuille de route assortie d’objectifs clairement définis pour 2030, tels que la connectivité, les compétences et les services publics numériques ». L’Europe restera centrée sur le droit au respect de la vie privée et à la connectivité, la liberté d’expression, la libre circulation des données et la cybersécurité. Une nouvelle identité numérique européenne sera également développée pour faciliter l’accès aux services en ligne dans toute l’Europe.

 

  • Protéger notre mode de vie européen :

« Tirer les premiers enseignements de la crise ». Cette priorité repose sur la volonté de créer une union européenne de la santé plus forte. Le Programme prévoit notamment « d’établir une agence de recherche et de développement avancés dans le domaine biomédical ainsi qu’une nouvelle stratégie pharmaceutique, axée sur la sécurité de la chaîne d’approvisionnement de l’Europe qui permettra de garantir aux citoyens des médicaments sûrs, abordables et de qualité ».

 

  • Une Europe plus forte sur la scène internationale :

En 2021, la Commission européenne veut continuer de « promouvoir les intérêts et objectifs stratégiques de l’Union Européenne à l’étranger et de défendre un ordre international fondé sur des règles et des valeurs dans un monde de plus en plus polarisé ». Par exemple, une communication sur l’aide humanitaire ainsi qu’une révision de la directive sur la protection consulaire sont également prévus.

 

  • Un nouvel élan pour la démocratie européenne :

La Commission proposera notamment deux nouvelles stratégies : une stratégie européenne en faveur des droits des personnes handicapées dans le but d’appliquer la convention des Nations unies relative aux droits des personnes handicapées. Ainsi qu’une stratégie européenne sur les droits de l’enfant qui permettra de se pencher sur la protection des « enfants vulnérables, de protéger leurs droits en ligne, de promouvoir une justice adaptée aux enfants et de prévenir et combattre la violence ».

 

La crise liée au Covid-19 reste une priorité pour l’Europe

 

La crise sanitaire actuelle que traverse l’Europe reste la priorité a toutefois assuré d’Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne : « Notre priorité absolue restera de sauver les vies et les moyens de subsistance menacés par la pandémie de coronavirus. Nous avons déjà accompli beaucoup de choses. Mais l’Europe n'est pas encore sortie d'affaire et la deuxième vague frappe durement sur l’ensemble du continent. Nous devons rester vigilants et redoubler d’efforts, tous autant que nous sommes. La Commission européenne poursuivra ses efforts pour garantir un futur vaccin aux Européens et aider nos économies à se relancer dans le cadre de la transition écologique et numérique. »

 

Quelles sont les prochaines étapes ? La Commission va désormais entamer les discussions avec le Parlement et le Conseil européen afin d’établir une liste de priorités communes sur lesquelles les co-législateurs devront intervenir rapidement.

 

Retrouvez en ligne le programme complet qui propose au total 44 nouvelles mesures et objectifs stratégiques.