Qu'est-ce que le Fonds social européen ?

Le Fonds social européen (FSE) est un fonds structurel de l’Union européenne. Sa vocation principale est de contribuer à améliorer les perspectives professionnelles de l’ensemble des citoyens européens, en particulier ceux en situation de précarité ou d’exclusion.

Afin de réduire les écarts de développement et de renforcer la cohésion économique et sociale entre pays et régions des États membres, l’Union européenne a créé des outils financiers, les fonds structurels. Parmi eux, le Fonds Social Européen (FSE), créé en 1957, constitue le principal instrument de promotion de l’emploi et de l’inclusion sociale. Il aide les citoyens à trouver un emploi (ou un meilleur emploi), favorise l’intégration des jeunes et des seniors exposés au chômage ou éloignés du marché du travail (personnes en situation de handicap, personnes les moins qualifiées, etc.).

 

Le FSE investit dans les citoyens européens et dans leurs compétences — qu’ils soient travailleurs ou demandeurs d’emploi, jeunes ou âgés.

Chaque pays européen a mis en place le fonctionnement du FSE selon des caractéristiques propres. Pour atteindre les objectifs de cette stratégie, des priorités communes à tous les États membres sont définies et intégrées aux politiques de l’emploi de chaque État. Dans ce cadre, le FSE soutient les politiques nationales et territoriales de l’emploi, de la formation professionnelle et de la lutte contre les exclusions.

En France, le FSE finance les projets au niveau national ou  local  des acteurs publics et/ou privés (État, collectivités locales, chambres consulaires, entreprises, associations, etc.) portant des projets au bénéfice des personnes les plus exposées à des difficultés d’insertion professionnelles et sociales.

Nous devons doter les jeunes comme les adultes des compétences dont ils ont besoin pour réaliser leur potentiel et gérer leurs reconversions professionnelles face à l'évolution des marchés du travail.

Nicolas Schmit,
Commissaire à l'emploi et aux droits sociaux de la commission européenne